Compte rendu AG 2010 du 4 02 11

Publié le par les mots bleus le tube

Association les Mots bleus ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE du 4 FÉVRIER 2011 19h Exercice 2010 Présents : Dubois Séverine, Vallot Chantal, Ternoir Jean Michel, Laforet Claude, Loubier Yoann, Delage Pascal, Le Bideau Jean, Perez Joél, Cuve Pascal, Oliveron Patrick, Meyronne Karinne, Alix Thierry, Ternoir Michèle, Meynadier Joèlle, Geckeloot Jean Luc, Joly Astride, Le Nalbaut Véro,Gregorio jéremy, Vilarem Marie, Faucher Fabrice, Ozeel Maryvonne. Rapport Moral (Séverine Dubois) Quand on y regarde à deux fois, l’année 2010 est encore un bon cru. Le festival de Poche à rencontré un franc succès sous le soleil avec une ambiance très chouette tant pour les bénévoles que pour les publics, et même si il ne peut satisfaire tout le monde, on peut dire que c’est un événement qui a marqué 2010, voir un peu trop chronophage. Le gros projet de l’année reste quand même le Petit Musée à Cultivé avec une énergie importante et un financement de l’Europe qui nous a donné une certaine crédibilité auprès des institutions. De manière certaine, cette expo et le travail collaboratif avec l’artiste à apporté une dimension plus étoffée à notre projet « art contemporain » dans une certaine continuité du couloir d’expo le tube. Dans le type résidence, l’expérience « Local à louer » à aussi était très riche. Il me semble que le travail que nous avons effectué cette année avec les artistes et Astride n’à jamais été aussi poussé et intéressant. D’un autre coté, une fatigue et une anxiété quant au prolongement des salariats et au manque de fréquentation des événements nous a amené à nous poser des questions sur la nécessité de pérenniser un tel espace. Nous avons donc lancé un questionnaire auprès des adhérents, et il ressort d’une manière générale que ceux-ci sont attachés à la structure, aux rencontres discussions que nous avons essayé d’espacer en 2010 et aux expos du tube. Tous ou presque manifestent leur envie de participer et de donner du temps pour l’association. Dans les projets que nous n’avons pas pu mettre en place, le pôle éco-citoyen, n’a pas trouvé sa concrétisation, mais l’extra-marché à Thiers, travaille à ce projet, le changement de statut pour une structure plus collégiale, n’a pas abouti non plus. Nous avons, il me semble fait plus d’événementiel du type concert aux mots bleus, que de rencontres simples qui permettent un échange autour de l’écologie, de la citoyenneté ou « intellectuel » lesquelles rencontres apparaissent comme un des éléments « ciment » stimulant de l’association. Toutes les questions sont encore posées quant à l’avenir des mots bleus, du tube et maintenant du petit MAC. Je me demande si toutes ces questions ne reviendront pas sur la table chaque année, vu notre incapacité financière à assumer intégralement des salaires et des charges mais aussi vu le manque d’intérêt de l’état et des collectivités pour la culture. En regard de tout ce qui a été fait depuis 5 ans aux mots bleus, cette année 2010 est sans doute la plus riche que nous ayons eu, elle pause d’autant plus la question : que fait-on en 2011 ? Commentaires : Reconnus parce que nous avons reçu des fiancements (800, com com, 281 Commune, Financements européens. Jusqu’alors les mots bleus avait une politique « pas de financement ». Comment cela va-t-il évoluer ? Le Rapport Moral est adopté à l’unanimité Compte rendu d’activité (fait par Marie Vilarem) La Librairie Quelques chiffres en premier lieu : Le produit des ventes en 2009 : 17 349 euros. Le produit des ventes en 2010 : 16 708 euros. On constate à première vue une baisse de 3,75 %. Cependant, si l'on considère la participation à la brocante de Saint-Dier en août 2009 – non renouvelée en 2010 - puis le don exceptionnel de François Carriat et la vente de lots importants de livres et revues sur Le boncoin.fr en novembre 2009, on conclut que le produit des ventes en 2009 et 2010 est quasiment identique Le chiffre d'affaires de la librairie a cependant entamé une baisse importante depuis septembre dernier. La différence entre le 2nd trimestre 2009 et le 2nd trimestre 2010 est de 25 %. Le mois de janvier comme celui de février étant traditionnellement des mois « creux », on ne peut pressentir encore si cette baisse sera inversée en 2011. Il faudra donc rester vigilant dans les mois qui viennent, freiner légèrement les achats même si cela entraîne un temps de livraison plus long, renégocier peut-être avec certains fournisseurs, choisir éventuellement de faire supporter aux clients les frais de port pour les commandes spécifiques unitaires. Les achats en 2009 étaient de : 9 629 euros ; en 2010, ils ont été de : 10 743 euros, soit une augmentation de 11,75 %. Cette augmentation a notamment profité au secteur jeunesse. Elle découle également des achats effectués pour notre participation à la foire bio d'Humus et pour le fonds sur l'art contemporain acquis en parallèle de l'expo Oie-ci Oie-là. Il m'a paru intéressant de regarder la différence du chiffre d'affaires dégagé par les livres neufs d'une part et les livres d'occasion d'autre part. À titre d'exemple, sur les mois d'avril, juillet et novembre (3 mois corrects), on constate la chose suivante : . En volume (à 2 ou 5 livres près), le nombre de livres vendus en neuf comme en occasion est le même (poches compris). . En chiffre net (les occasions sont des dons et nous faisons une marge moyenne de 28 % sur les livres neufs – avec les frais de ports et Hachette avec remise de 13 %), nous pouvons dire que les livres neufs rapportent à la librairie 55 % de plus que les livres d'occasion. Il semble qu'en été en revanche, l'achat important de livres d'occasion implique un revenu net similaire entre livres neufs et livres d'occasion. Les revenus nets de la librairie ne permettent pas de pérenniser un emploi partiel hors du cadre des contrats aidés. Ils représentent approximativement 40 % du CA des ventes et servent à régler les différentes charges (loyer, EDF, SFR, partie des charges salariales restant dûes, etc.). Les dons : Les dons de livres usagés de la part des clients et sympathisants de la librairie ont connu un bel essor durant l'été. Les dons réguliers de la bibliothèque de Pérignat-es-Allier continuent d'alimenter la librairie (et mon garage !), après tri sélectif et don à Emmaüs. L'agrandissement de la surface de vente et les aménagements : Avec la location du 2e étage pour le Petit musée à cultiver, la librairie a pu s'agrandir au rez-de-chaussée à partir de juin dernier. L'agencement des caisses à pommes, le petit secrétaire de Jean-Michel et le superbe comptoir de Thierry ont contribué à mettre en valeur la librairie et les livres proposés. Certains rayons ont été déplacés (littérature grand formats, santé, tradition et ésotérisme...), d'autres ont trouvé une place (science-fiction, romans poches), d'autres encore, après quelques tergiversations, ont retrouvé le devant de la scène (éco-construction, nature). Les rayons qui ont été développés sont, tous domaines confondus, le secteur poche pour son coût, le secteur jeunesse comme nous l'avons dit plus haut, et toujours la santé, le bio, la psychologie, le régionalisme et l'Auvergne. La participation à des manifestations extérieures : La libraire a participé cette année à Humus, au marché de Trézioux, à la journée bio-diversité de Saint-Gervais sous-Meymont, au festival de Domaize, au marché de Noël de Courpière. Même si leur résultat est irrégulier, ces « sorties » qui monopolisent quelques bénévoles permettent toujours d'accroitre les ventes et de nous faire connaître. Les rencontres aux Mots bleus 2010 : Calendrier des rencontres aux Mots bleus et des expositions au Tube Vendredi 15 janvier : Projection du film « L'Argent dette » Vendredi 29 janvier : Vernissage de l'exposition sonore de Jean-François Plomb. Installation visible et audible du 29 janvier au 12 février au Tube. Vendredi 5 février : Lecture-tapas. Vendredi 12 février : AMG L'art pour quoi faire ? Discussion libre. Vendredi 19 février : Projection de films d'animation : nature et littérature. Vendredi 19 mars : Vernissage de l'expo Vidéoformes au Tube, visible du 11 au 30 mars. Vendredi 2 avril : Compagnie À galoches qui n'est pas venue !! Vendredi 16 avril : Vernissage de l’expo au Tube : Carte blanche à l’artothèque du Bief (sérigraphies, linogravures, lithographies, eaux-fortes). Vendredi 23 avril : Qu’est ce que le commerce équitable ? Projection débat avec le CCFD de Thiers. Vendredi 7 mai : Lectures avec Claudy Combes (Clara Malraux, Eric Holder, Gilles Leroy, Chahdortt Djavann Émile Zola, Amado Kane). Mercredi 12 mai : Soirée conte « La plume du flamand bleu » avec Cécile Auréjac d'après les Iles d'Auvergne de Franck Watel. Vendredi 21 mai : Vernissage au tube de l’exposition Faire boucle, travail participatif réalisé avec les habitants de Courpière par le group « Local à Louer ». Exposition visible jusqu'au 3 juin. Dimanche 23 mai : Festival de Poche, petites scènes et grands spectacles Vendredi 4 juin : « WB récup », rencontre avec un éditeur de l’imaginaire, Franck Wattel. Vendredi 18 Juin : Moment musical et littéraire avec Les Permalossos. Vendredi 2 juillet : Lectures à propos de femmes par Les Pépettes en goguette (Karine, Clo, Séverine et Véro). Vendredi 16 juillet : Vernissage au Tube : exposition d'Aline Schamberger. Vendredi 22 juillet : Concert avec Lalabolduc, chansons à texte (violoncelle, percussions et accordéon.) Dimanche 22 Août : Riton la Manivelle Vendredi 24 septembre : En attendant Julio, un spectacle d'humour d'Angel Ramos Sanchez. Vendredi 8 octobre : RN 89 en concert, Soirée rock, blues et jazz. Vendredi 15 octobre : André Chassaigne présente son livre, Pour une terre commune. Vendredi 22 octobre : Inauguration du Petit musée à cultiver et de l'expo jeu Oie-ci, oie-là de Yo. Jeudi 4 novembre : Présentation par l'auteur Pauline Rosen-Cros de son livre "¡Duro Compañer@s! Oaxaca 2006, Récits d'une insurrection mexicaine, Vendredi 19 novembre : Du Vent dans les bronches, concert polyphonique aux Mots bleus. Vendredi 3 décembre : Itinéraires de Lectures avec l'ABLF Hormis les vernissages qui réunissent généralement une trentaine de personnes, c'est le spectacle des Lalaboduc qui a remporté cette année le plus vif succès avec une librairie comble. La venue d'André Chassaigne en octobre a également vu passer beaucoup de monde à la librairie. On constate néanmoins une baisse de la fréquentation de ces rencontres qui réunissent en général 5 à 10 personnes, voire 2 ou 3 dans le pire des cas. Le spectacle En attendant Julio d'Angel Ramos Sanchez, programmé à la salle d'animation de Courpière fin septembre n'a rassemblé que 25 personnes pour une jauge beaucoup plus importante. Il est probable que l'énergie collective engagée dans le festival de Poche puis dans la restauration des locaux au 2e étage (avec, en plus, les diverses réunions) ait aussi détourné les adhérents des animations proposées les vendredis. Cette baisse du nombre de spectateurs pose différents problèmes :
- Les intervenants ou les artistes se déplacent (parfois de loin – Montluçon, Brioude, Lyon) pour trouver un public accueillant et motivé. Or avec 3 ou 6 spectateurs, seulement et malgré leur indulgence, ils ne peuvent qu'être déçus et se sentir « lésés », d'autant plus qu'ils ont préparé leur exposé ou qu'ils comptent sur un « chapeau » pour payer leurs frais s'il s'agit d'artistes. Ce manque de public peut-il discréditer à moyen terme les activités des Mots bleus, alors que, d'un autre côté, de plus en plus d'artistes musiciens ou de conteurs se proposent de venir animer une soirée ?
Dans le cas où le public se montre rare, la personne en charge de l'accueil des invités (la libraire en l'occurrence !) se trouve forcément gênée et dans une situation délicate. Elle est obligée de rester pour compter parmi les spectateurs même si elle ne l'a pas prévu. Il est arrivé à plusieurs reprises que les mêmes (Fabrice et Marie) fassent la fermeture. Faudrait-il alors que les adhérents confirment ou non leur venue afin de mieux répartir les petites taches de l'intendance de ces vendredis (pot, rangement, fermeture ?)
De par l'abandon des AMG, la mise en place du Petit Musée à cultiver, les occupations autres de chacun et mes initiatives (Marie), certaines thématiques (éco-construction, faits de société, etc.) n'ont pas été abordées lors de ces rencontres, ce que certains d'entre vous regrettent. Sur la base de vos réflexions collectées à l'aide du questionnaire qu'Astride et Séverine ont fait passer début janvier, il est possible de rectifier le tir à l'avenir et de proposer des animations répondant plus aux attentes des adhérents et du public. Festival du Film engagé partenariat l’Upc 63 et Paroles de Bib : le Samedi 8 mai 17h à la librairie les mots bleus, 2 films - Permaculture - Les enfants de Summerhill Le Dimanche 9 mai au cinéma le Rex 17h - Nos enfants nous accuseront En participation libre ces films ont attirés environ une trentaine de personne. L'abandon des réunions AMG, repaires de Là-bas si j'y suis / France Inter : 3 réunions AMG avaient été programmées au début 2010. Notre premier invité Lionel Roucan, vice-président du conseil régional, en charge de l'environnement et de l'énergie a annulé la rencontre prévue le 8 janvier. Un 2e rendez-vous avait pour thématique : L'art pour quoi faire ? Discussion libre, mais n'a réuni quelques personnes. La dernière réunion programmée le 12 mars sur les antennes relais avec Philippe Le Pont, élu à Lezoux et Maringues, a été annulée du fait de l'intervenant. Les ateliers de dessin avec Nellie d'Agostino : Auparavant instauré tous les 2e vendredis du mois, l'atelier de Nellie dédié à l'initiation au dessin est devenu hebdomadaire depuis la rentrée de septembre 2010. Il dure maintenant 1 heure au lieu d'1h30. Le principe en est simple : Les participants adhèrent à l'association, viennent assister au cours de façon libre et en payant au chapeau. Malgré la proposition qui leur était faite de prendre une inscription trimestrielle, les participants ont de fait préféré le prix libre pour chaque atelier auquel ils participent. La fréquence est irrégulière, 2 à 5 personnes sont présentes chaque samedi. Les expositions au Tube en 2010 5 expositions se sont déroulées au Tube en 2010, avec l'aide notamment de Marlène, qui est maintenant très occupée par ses propres projets et qu'on ne voit plus souvent. Malgré le suivi assidu des journalistes de La Montagne, on remarque que la baisse de fréquentation déjà constatée l'an dernier s'accentue. En revanche, l'organisation d'événements ou de rencontres « à succès », comme la venue de Lalabolduc pendant l'expo d'Aline Schamberger dope évidemment le nombre de visiteurs. L'exposition des oeuvres de François Haubois initialement prévue début avril a fort heureusement pu être remplacée à la dernière minute par une exposition du fonds de l'arthothèque du Bief. L'expérience du collectif « Local à louer » a été particulièrement intéressante parce qu'elle invitait les habitants de Courpière à participer et que les architectes sont restées quelques jours en « résidence camping » au-dessus de la librairie. L'exposition d'Aline Schamberger est celle qui a accueilli le plus grand nombre de visiteurs. Du 29 janvier au 12 février 2010 : exposition sonore de Jean-François Plomb. Vendredi 29 janvier à 18 h 30 : Vernissage de l'exposition. Vernissage : 35 environ Du 11 au 30 mars 2010 : Vidéoformes, vernissage le vendredi 19 mars. Vernissage : 30 environ Du 2 avril au 14 mai : Carte blanche à l’artothèque du Bief (sérigraphies, linogravures, lithographies, eaux-fortes). Vernissage le vendredi 16 avril. Vernissage : 25 environ Du 21 mai jusqu'au 3 juin : Faire boucle, travail participatif réalisé avec les habitants de Courpière par le groupe « Local à Louer ». Vernissage le Vendredi 21 mai. Vernissage : 40 environ Du 16 juillet 2010 à fin août : exposition d'Aline Schamberger. Vernissage le vendredi 16 juillet. Vernissage : 40 environ Le Festival de poche 2010 : Le festival de Poche s'est déroulé à Courpière le dimanche 23 mai 2010. Nous avons investi la cour de l'ancienne école, un espace du Parc Lasdonnas et notre librairie située aux 4 rues du 14 juillet. Nous avions programmé une vingtaine de spectacles qui se sont enchaînés de 11h à 22h. Nous avions installé plusieurs scènes : 2 sous le préau, une au centre de la cour et une sous une tente berbère. L'un des objectifs de ce festival est de faire découvrir la richesse du spectacle vivant au plus grand nombre. Pour cela, nous avons choisi de programmer des spectacles de petites formes (spectacle de courte durée et/ou ayant une petit jauge) qui permettent une rencontre unique et intimiste avec le public. Notre parti pris est de ne pas faire payer un billet d'entrée mais de faire passer un chapeau à la fin des spectacles. Ainsi, chacun en fonction de ses moyens peut participer au frais d'organisation. Pour cette édition, ce mode de fonctionnement n'a pas été très concluant financièrement. Le montant du chapeau a été équivalent à celui de 2009 alors que nous avons accueilli 2 fois plus de spectateurs. Le manque à gagner a été assez important. En 2011, nous allons sans doute mettre en place un tarif d'entrée à prix modique (2-3€/personnes et tarif spécial famille à 5 ou 6€). En dehors de sa volonté de faire connaître la diversité de la culture, cette manifestation se veut avant tout festive, conviviale et familiale. Pour se faire, nous avons proposé : –des spectacles jeunes publics, des spectacles tout public et des spectacles exclusivement réservés aux adultes –un bal trad à la fin de la journée –une décoration du site spécialement crée pour l'évènement –de la barbe à papa, des frites et des crêpes comme dans une vraie fête foraine! –la disponibilité et le sourire des bénévoles qui ont assurés l'organisation de cette journée de A à Z Un public très éclectique a profité de cette belle journée : familles, couples de personnes âgées, ados, locaux (Courpière et ses environs) et Clermontois. Certains n'y ont passé que quelques heures mais d'autres ont flâné du matin jusqu'au soir. Cette manifestation a été également activement soutenue par le milieu culturel local. Chraz, la Compagnie des Champs, Jean Lenturlu, Olivier Chambrial et d'autres sont venus jouer bénévolement (frais de déplacements, boissons et repas) par amitié pour l'association. Cette manifestation n'aurait pas pu exister sans eux. Nous les en remercions vivement. Nous avons également permis de mettre en contact des diffuseurs et des artistes. Professionnel, amateurs, public, chacun a donc trouvé son bonheur pendant cette journée. En terme de fréquentation, il est difficile de pouvoir quantifier le nombres de personnes présentes puisque nous n'avons pas de billetterie. Nous avons néanmoins évalué la fréquentation entre 450 et 550 personnes. La tente berbère pouvait accueillir jusqu'à 80 personnes et nous y avons programmé 6 spectacles (seul le premier spectacle n'était pas plein). Le bilan financier du festival a pu s'équilibrer, notamment grâce à la subvention de 800 euros qui nous a été attribuée par la communauté de communes de Courpière. La création du Petit musée à cultiver L'obtention des aides du fonds social européen par l'intermédiaire du Crédis nous ont permis d'envisager et de réaliser ce projet et de créer un emploi CDD de 9 mois. Rien n'aurait pu se faire cependant sans l'énergie d'Astride, embauchée à ce poste, ni l'aide précieuse de tous ceux qui ont contribué à l'embellissement et à l'aspect fonctionnel du local . L'inauguration du Petit musée à cultiver avec l'expo-jeu Oie-ci, Oie-là de l'artiste Yo, programmée pour 3 mois, a eu lieu le vendredi 22 octobre et a réuni une quarantaine de personnes. 24 particuliers ont visité l'exposition. 13 particuliers ont visité l'exposition et suivi un atelier. Différents groupes scolaires et de centres aérés sont venus visiter l'exposition et ont suivi un atelier, soit 61 enfants. L'entrée de l'expo était fixée à 2 euros. L'entrée + atelier était fixée à 10 euros. La genèse du projet La finalité de ce projet est, dans la continuité de ce qui a été initié avec le Tube, couloir d'expo, de montrer que l'art contemporain est protéiforme et que chacun peut trouver quelque chose à glaner. La vocation de ce lieu est d'inviter le public à entrer en contact avec le monde de l'art et de la culture, d'offrir une vision originale d'un thème donné et ainsi lui permettre de le découvrir ou de mieux l'appréhender. Bref, nous cherchons à interpeller et à amener les enfants, leurs parents, les passants à venir découvrir cette proposition artistique. Un espace de découverte Ce musée n’a de muséal que le nom. Pas de collections permanentes, pas de gardien à casquette, ici on peut toucher et faire du bruit. L'objectif de ce lieu est de faire découvrir aux visiteurs un thème, un univers traité de façon poétique, ludique et subjective par des artistes associés. Les œuvres présentées sont uniques, originales et spécialement créées pour l'occasion. Le Petit Musée à Cultiver est donc aussi un espace représentatif de la création contemporaine. Un espace ludique Parce que le musée a souvent une image poussiéreuse et austère, notamment pour le jeune public, nous avons pensé nos expositions temporaires comme des objets de récréation. Les visiteurs viennent ici avant tout pour passer un bon moment en famille ou entre amis. Des expos grand public Les expositions sont adaptés aux 7-12 ans mais les ados et les adultes non accompagnés sont évidemment les bienvenus ! Des ateliers enfants et/ou adultes Pour chaque exposition, des ateliers sont mis en place par un animateur qualifié. Plusieurs thématiques sont proposées. Il y a des séances pour les enfants, des séances pour les adultes et d’autres à faire en famille. Vous trouverez le programme détaillé et les thématiques dans la fiche atelier page 7 La rencontre entre l'association les Mots Bleus et Yo En juin 2010, Les Mots Bleus lance un appel à projet pour la création de la première exposition. L'association cherche, pour la première exposition, à entrer directement dans le débat autour de la perception de l'art contemporain. Elle souhaite présenter une exposition-installation ludique et pédagogique qui pourrait avoir comme titre : « l'art contemporain, mode d'emploi » ou « l'art contemporain, désinhibons-nous! » Une dizaine de projets arrive au siège et c'est finalement celui de Yo qui est retenu. Oie-ci Oie là, la première expo-jeu du musée selon le principe du jeu de l'oie Créée et réalisée par l’artiste Yo, ce jeu de l’oie à taille humaine vous fait parcourt l’histoire de l’art de la fin du XIXe siècle à nos jours. Ainsi, au fil des cases les joueurs cheminent parmi les artistes, leurs œuvres, les courants afin de percevoir les influences, les oppositions qui ont fait l'art contemporain. Comme le jeu classique, cette exposition se compose de 63 cases, 63 boites en carton de 30cmX30cmX30cm abritant des reproductions d'œuvres réelles ou des évocations réalisées « à la manière de » par Yo. Ces réinterprétations permettent de mettre en évidence une technique, un propos, une démarche... Le blog : 22 inscrits supplémentaires sur la newsletter ce qui mène à 67 le nombre d’inscrits. 1862 visiteurs uniques donc une moyenne de 155 personnes par moi mais un peu plus en mai et en octobre et un peu moins en décembre. Un Facebook avec 220 amis mais ça, ça ne veut rien dire ! Commentaires : Pascal Delage demande à Marie un état des lieux sur son salariat de deux ans aux mots bleus puisqu’il n’y a pas de réconduction possible vu l’incapacité des mots bleus à assumer un salaire + charges. Elle dit qu’elle a pu avoir une ouverture sur l’edition et des rencontres. Dans l’ensemble assez satisfaite ; Nombre d’adhérent en 2010 : 47. Après le festival, moins de vendredi, peut-être qu’a force de réduire on a fini par ne plus en organiser. AMG, deux intervenants qui étaient prévu ne sont pas venu, il y avait à peu pres une personne de plus à chaque réunion qui ne connaissait pas l’assoc + pub sur France Inter sur Mermet. Atelier dessins, l’idéal serait 6-7 personnes, comme il y a déjà 2 ateliers à Courpière, la question se pose de trop d’offre ? Le tube. Jean rappelle que le tube est à la fois un outil de communication pour la librairie et une plus value. La direction artistique est importante en réalité car elle donne du sens aux expos. Vidéoformes ne sera pas reconduit faute de temps et par manque d’implication des organisateurs, même si on ne peut pas nier une baisse de la fréquentation. Festival du film engagé, 3ème année, bilan assez mitigé même si des gens sont venus de loin. Ceci dit le festival du film à Mezel a vu aussi une baisse. En 2011 il se déroulera à Pont du Château, il est probable que les mots bleus soient encore partenaires. Voir programme le 4 mars 2011 « Ma poubelle est un trésor » La lettre « culturelle de Marie » par internet entraine un petit débat. Super vecteur d’infos culturelles mais fait-il de l’ombre aux animations des mots bleus. Elle annonce des événements de partenaires qui ne nous rendent pas forcement la pareille. Festival de poche : Il est rappelé que sans l’investissement bénévoles des artiste pro et amateurs seulement défrayés et nourris, le festival n’aurait pas pu être aussi bien. Petit MAC : la subvention de l’Europe aura permis de tester cette expérience, mais elle n’a pas durée suffisamment longtemps pour être clair sur sa capacité. En 2011, elle devrait être réinstallée aux mots bleus entre mai et fin aout afin de toucher plus d’écoles et de public (dans l’été). Blog : Amàlia a mis en place un forum que nous allons tester pour voir si on peut mieux communiquer avec cet outil. Le poste de Marie se terminant mi mars, il est urgent de lancer une annonce pour recruter un an encore en poste aidé. Il faudra donc un prochain CA rapidement. Pour maintenir un salaire il faudrait tripler les ventes. Le compte rendu d’Activité est adopté à l’unanimité Bilan financier Compte de résultat au 31/12/2010 Charges Produits Achats 10 806€43 Ventes 16 938e36 Fonctionnement 5 366€00 Adhésion/dons 515€00 Salaires net 16 821€99 Aides à l’emploi 10 2999€95 Charges du personnel 9 459€52 Billetterie (festival mac) 3100€27 Festival 2940€00 Subventions UE commune CCPPC CA 11457€00 Activités diverse (vernissage …) 682€80 Emprunt 9 000€00 Petit Mac 6387€18 déficit 1 153€34 TOTAL 52 463€92 TOTAL 52 463€92 Commentaire : concernant l’emprunt, il est fait en attendant le complément de subvention des Fond Européen. 4000e ont été prêtés par Fabrice et 5000€ par le Crédit Agricole. Le Rapport financier est adopté à l’unanimité Election du Conseil d’Administration : Réélection du conseil intégral, Chantal et Joël se retirent du conseil d’administration. Election au CA d Fabrice Faucher, Séverine Dubois, Jean Le Bideau , Karine Meyronne, Astride Joly, Michèle Ternoir Claude Lafôret. L’Assemblée générale est close à 22h. Pot convivial Réunion du Conseil d’ Administration : le 4/02/2011 à 22h15 Election de Séverine Dubois : présidente Astride Joly : trésorière. Prochaine réunion 4ème vendredi du mois. D’ici la consultation, mail et téléphone pour rédiger une annonce d’embauche et rencontrer les candidats.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article