Compte-rendu réunion 18 février

Publié le par les mots bleus le tube

Rendez-vous au Transfo avec Françoise Dubosclard et Fabrice Borie (10h30)

 

Je leur avais envoyé le petit document de présentation du projet par mail quelques jours auparavant. Les premières remarques ont porté sur le fait qu'il était nécessaire de faire un diagnostique sur le secteur de Courpière afin d'évaluer le bassin de population (type de public, nombres de structures potentiellement intéressées...) mais aussi de recenser les choses existantes dans un but de partenariats éventuels.

 

Ils m'ont aussi dit qu'il était nécessaire de monter ce projet avec une collectivité locale (commune ou com com). Les coûts fixes, les mises (et maintien) aux normes étant lourds ce partenariat est rapidement inévitable. Fabrice Borie m'a donc assez rapidement alerté sur le danger d'un musée sur un lieu fixe. Parallèlement, Françoise Dubosclard (qui connait la librairie) s'interrogeait sur la réalisation d'un musée type musée en herbe dans les locaux de la librairie (espace insuffisant). Ils m'ont aussi fait remarquer que le musée avait une image d'un lieu un peu figé peut-être pas en adéquation avec la vitalité et l'originalité de la librairie. Ils m'ont mis en garde sur le fait que la région par exemple ne financerait pas un nouveau lieu de ce type. Ils ont déjà pas mal de soucis avec le musée de la dentelle à Retournac (43) par exemple.

 

En discutant des autres projets de l'association (Festival de Poche, le tube), nous en sommes arrivés à évoquer la création d'un espace muséal plus en lien avec ces projets originaux (petites formes). Un musée itinérant dans un tub (vieux camion utilitaire citroën) ou en caravane leur semblait une idée original et beaucoup plus défendable au niveau des collectivités. Ceci permettrait de résoudre les problèmes liés au lieu (qui depuis le début ne me semblait pas du tout adapté), le problème de transport des élèves, de gardiennage de l'expo, d'espace pour les ateliers. Bref, ils étaient (et moi aussi) beaucoup plus emballé par cette idée. Ils m'ont conseillé de travailler sur l'élaboration d'un outils de présentation du projet sous forme de calendrier avec des propositions d'interventions.

 

Françoise m'a également parlé d'une initiative menée en Limousin par l'association Art nomad. L'association a acheté un camion de boucher qui a été réaménagé pour proposer des ateliers d'art plastique. Le projet est intéressant car l'endroit où il est mené ressemble bien à nos contrées (milieu rural, éclatement des initiatives sur un large rayon géographique...).

http//:www.artnomad.fr

 

Ils m'ont aussi donnée le contact d'Enola Charmille, une artiste qui travaille exclusivement avec des matériaux d'origine végétale, animale ou minérale et le contact de la compagnie la mallette (spectacle de marionnette type mini théâtre).

 

Impressions personnelles :

Pour moi, ce fut un très bon rendez-vous. Ils ont bien pointé les forces et les faiblesses de notre projet. L'idée de l'itinérance et de la petite forme me plait énormément et je pense que les membres de l'assos se mobiliserons plus autour de ce projet (Marlène que je voyais plus tard dans la journée a été emballé). Il faut continuer à les tenir informé de l'avancé du projet.

 

 

 

Rendez-vous avec Anne-Gaëlle CARTAUD,

responsable du développement culturel au CG 63 (14h)

 

Je lui avait également envoyé le doc de présentation par mail mais elle l'avait juste parcouru, je lui est donc fait un petit historique.

En terme d'aide pour le projet d'expo, le CG dispose d'une aide à l'exposition. Elle est accordé aux structures organisant 2 à 3 grosses expos par an avec une retombée départemental voir plus mettant en œuvres des livrets, des outils péda... Le CG ne finance que des projets déjà soutenu par la commune ou la comcom. De plus leur budget étant en baisse, les enveloppes diminuent.

Entre parenthèse, j'ai rencontré Wils le mardi matin qui ne m'a pas dit autre chose. Il ne m'a d'ailleurs parlé que des problème de finances du CG et n'a montré aucun intérêt au projet. Pour le festival, la DALD ne sera pas de 800€ (ce que j'avais demandé), il y aura une réunion inter-assos fin mars début avril au restau d'Augerolles.

 

Pour le projet, Anne-Gaëlle CARTAUD m'a également conseillé de faire le tour de ce qui existait dans le secteur comme les centres de loisirs ou les lieux de regroupement d'assistante maternelle. Elle m'a aussi indiqué la librairie du Musée Quillot qui avait un rayon éducation à l'art assez intéressant. A elle m'a aussi parlé de la malle péda de Vidéoformes, de l'arthothèque du Bief et du Creux de l'enfer. Tous ça en vue de partenariat.

 

Ce rendez-vous a surtout été l'occasion de présenter le Festival de Poche. Elle a beaucoup aimé l'idée de mêler spectacle vivant et travail de plasticien. Elle m'a donné quelques nom de compagnie susceptible de cadrer au projet :

Phillippe Desgeorges, cie l'arrêt public (lecture de texte)

Carton louf à Billom (marionnettes)

Cie Colonne à Clermont (conte sous yourte)

 

En terme de financement, il n'aide pas les premières éditions c'est plutôt dans le cadre de la dald que nous pouvons être soutenu.

En tous cas, il faut la tenir au courant.

 

Impressions personnelles :

Je pense que le projet de musée était encore un peu trop flou pour elle. Mais je pense qu'il ne faut pas hésitez à la tenir informé. Par contre le festival l'a beaucoup intéressé, il faudra l'inviter à la prochaine édition. Je pense qu'elle peut être un bon relai auprès des compagnies pour les futures programmations.

 

 

 

 

Compte rendu de la réunion avec Marlène le jeudi 18 février à Clermont

 

J'ai tout d'abord présenté l'idée d'un espace muséal itinérant que nous avions évoqué avec les gens du transo lors du RDV du matin. Elle a tout de suite été emballé par la forme étant elle même dans cette logique de travail. Nous nous sommes bien imaginé investissant le temps d'une journée une cour d'école, un marché, un festival, un camping avec notre petit lieu. Nous avons pensé qu'il était également possible de mettre à proximité une table pour vendre quelques livres.

 

Nous sommes tombé d'accord sur le fait que l'itinérance résout les contraintes lié au lieu et que ça augmente les possibilités de diffusion de l'expo. Mais d'un autre coté cela crée d'autre problèmes : le chauffage en hiver, le transport en hiver, le stockage le temps de la création de l'expo et le stockage entre 2 déplacements. Mais tous ceci n'est pas insurmontable.

 

Nous sommes partie sur la réalisation de 2 expos par an. Avec par exemple une expo conséquente en caravane et une plus petite en malle (pour les mois d'hiver par exemple et plus facilement louable que celle en caravane).

 

Nous avons pensé que les 1ère expos devait être imaginée dans un esprit de série afin de donner une visibilité à plus long terme (pour nous, pour « les bénéficiaires » et les partenaires).

 

Voici quelques pistes évoquées :

  • Les 5 sens avec une envie de travail avec les personnes en situation de handicap et un travail autour du gout

  • Le spectacle vivant (le clown, le conte, la marionnette, le théatre) se qui permettrait de proposer des évènements en lien (explication du processus de création d'un personnage clown, atelier de création de marionnettes, spectacles...)

  • Les arts visuels (photos, vidéo, cinéma...) en lien avec vidéoformes par exemple

  • Les arts graphiques (peinture, dessin, le graff...)

  • Arts de la récup en lien avec Jean-François Plombs, Dr Prout, Enola Charmille....

 

L'idée est d'avoir pour chaque expo un artistes associé ayant envie de présenter son travail et de le partager lors de rencontre ou d'ateliers. Pour cette première expo, Marlène ne sera pas cet artiste associé puisqu'elle est déjà très prise par ailleurs. Par contre, elle s'investira sur la réflexion et la conception du projet avec moi. Ayant pas mal de contacts dans le « milieu », elle va participer à la recherche d'artistes associés.

 

Nous avons conclu qu'il fallait rapidement statuer sur la forme afin de lancer les rencontres avec les artistes et les réflexions sur le thème de cette première expo. Le cas échéant, il faudra également rapidement avertir Marielle de notre changement de stratégie. Une réunion du CA sur cette question doit être organisée la première semaine de mars.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article